Devrais-je contracter l’assurance vie hypothécaire proposée par ma banque ?

//Devrais-je contracter l’assurance vie hypothécaire proposée par ma banque ?

Pourquoi refuser la proposition de la banque? Et comment fonctionne l'assurance vie d'une institution financière?
Cet article du Journal de Montréal démystifie l'assurance vie hypothécaire de la banque et vous montre 10 avantages à prendre une assurance vie privée.

Lire l'article original

 Par Ghislain Larochelle, publié le Dimanche 21 février 2016 dans le Journal de Montréal


 

Un lecteur achètera prochainement une maison et sa banque lui offre une assurance vie hypothécaire pour assurer son prêt. Il ignore s’il doit accepter ou chercher une option ailleurs…

D’abord, définissons ce qu’est une assurance vie hypothécaire. C’est une assurance qui sert à payer le solde d’hypothèque advenant votre décès. Les héritiers auront donc un immeuble libre de dette hypothécaire.

Comment fonctionne l’assurance vie d’une institution financière ?

L’assurance de la banque est très accessible et simple à contracter. Il suffit de répondre à quelques questions d’ordre médical et vous voilà assuré. Le seul hic est que si vous n’étiez pas assurable au moment de la signature, ils vont enquêter seulement après votre décès; ils pourront alors refuser de payer l’hypothèque et rembourser seulement les primes d’assurance payées. Votre succession devra donc se battre contre l’assureur, une bataille de style David contre Goliath!

Il existe un autre type d’assurance vie hypothécaire offert par des compagnies d’assurance privées.

Les 10 avantages de prendre une assurance vie privée

1) Vous avez des tests médicaux à passer avant d’être accepté par l’assureur. Ils vérifient donc votre état de santé avant de vous accorder une police.

2) Vous êtes couvert même si votre état se détériore au cours des années tout au long de la couverture de la police.

3) Dépendamment de votre groupe d’âge et de votre état de santé, l’assurance privée coûte souvent moins cher que celle des institutions financières, selon Alexandre Galasso de Forza Assurances & Services financiers inc., conseiller en sécurité financière.

4) Vous n’êtes pas attaché à une banque en particulier; vous pouvez changer n’importe quand si une autre institution financière offre un meilleur taux d’intérêt, par exemple, et garder votre assurance vie privée.

5) Le montant d’assurance n’est pas dégressif. Cela signifie que s’il vous reste deux ans à payer et que le solde hypothécaire est de 10 000 $, la banque remboursera 10 000 $, tandis que l’assureur privé conserve le même montant du départ, par exemple 200 000 $.

6) L’assurance vie privée peut aussi servir à payer le montant des impôts à payer par la succession lors du décès.

7) L’assurance peut être adaptée sur mesure pour vous.

8) Avec une assurance privée, vous pouvez couvrir tous vos besoins en assurance avec une seule police. Très pratique pour ceux possédant plusieurs immeubles. On peut aussi assurer d’autres revenus.

9) Vous pouvez choisir le bénéficiaire de l’assurance.

10) Votre conseiller en assurance vie privée (conseiller en sécurité financière) est détenteur d’une formation et d’un permis en assurance auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), tandis qu’à la banque, un commis, la plupart du temps, vend cette assurance.

Conseils

  • Détenez-vous déjà une assurance vie avec votre employeur? Prenez le temps d’évaluer votre couverture. Pouvez-vous augmenter votre couverture pour le nouvel achat que vous voulez effectuer?
  • Lorsque vous possédez un immeuble en location, autre que votre maison, cet immeuble ne sera pas exempté d’impôt comme votre maison personnelle lors de votre décès. Le fisc considérera à ce moment que vous avez vendu tous vos immeubles. Faites analyser votre future facture d’impôt pour savoir si la succession pourra payer l’impôt sans vendre vos immeubles.
Par | 2017-09-12T19:04:43+00:00 mars 30th, 2016|Conseil du spécialiste|