CELI – Appauvrissement

//CELI – Appauvrissement

À cette période-ci de l’année, nous réfléchissons à nos investissements. Le CELI fait partie de cette réflexion. Le Gouvernement Trudeau a diminué en décembre dernier la cotisation maximale du CELI de 10,000$ à 5,500$ pour l’année 2016. C’était une promesse faite par M. Justin Trudeau pendant la campane électorale.

C’est valorisant d’investir sans payer d’impôt . Pour la majorité des investisseurs, cela est une idéologie. Les campagnes de marketing des institutions traditionnelles d’investir en certificats de placements garantis ( certificat de dépôt ) ont été convaincantes pour beaucoup d’investisseurs. J’observe régulièrement des investissements en CPG à des taux d’intérêts de 1% et moins. Avec un tel rendement net d’impôt et un taux d’inflation près des 2%, le pouvoir d’achat n’est même pas maintenu . Le pire ennemi pour les investisseurs est l’inflation. Sur une période de 10 ans, le pouvoir d’achat d’un investisseur diminue de 10% dans un contexte de taux d’inflation de 2% et un taux d’intérêt de 1%. Donc perte de pouvoir d’achat et économie d’impôt peu significative avec 1% comme taux d’intérêts.

Que faire pour combattre l’inflation?

Si vous êtes satisfait des véhicules de placements pour votre REER ( actions, fonds mutuels, obligations, fonds négociées en bourse), vous pouvez les incorporer dans votre CELI. Que ce soit le REER ou le CELI, vous pouvez utilisez les mêmes véhicules de placements à condition que vous ayez un horizon de placements de 3 ans minimum.

Malgré des marchés boursiers en rendement négatif, il a été possible de dégager des rendements de 3% pour l’année 2015 avec des fonds à risque faible-modéré.

Alors pourquoi s’appauvrir?

Par |2016-01-18T14:58:58+00:00janvier 18th, 2016|Réflexion|